Home

Chaleur enveloppante.
Fraîcheur agréable.
Efficient energy.

O.K., on y va!

BUSCH priOn - aussi varié que la vie
Avec Busch-priOn, vous commandez et surveillez la pièce complète. Lumière, scènes, minuterie, commande de stores, commande de chauffage... Lisez plus!

JUNG smart housing
Outre le confort et la sécurité, les aspects pérennité, rentabilité et flexibilité ont de plus en plus d’importance dans le domaine de la construction à usage privé et professionnel - le système KNX de JUNG

JUNG radio
Plaisir d`écoute d`intégré - plus d`informations...

Le Conseil national ajoute 500 millions de francs par an à la facture d`électricité

25.11.2009 – Politique énergétique 

Le 25 novembre 2009, le Conseil national a accepté une hausse du prix de l’électricité de 0,85 ct./KWh. Les consommateurs paieront ainsi 500 millions de plus par an pour l’électricité. Cette hausse massive tombe au mauvais moment et est introduite en grande partie pour de mauvaises raisons.

Avant même que la conjoncture ne montre des signes d’amélioration, le Conseil national a décidé d’introduire de nouveaux impôts pour l’industrie, les PME et les ménages. Une augmentation de 0,3 ct./KWh financera l’énergie photovoltaïque, très onéreuse et d’un intérêt énergétique discutable. La redevance hydraulique est relevée de 0,45 ct./KWh et enfin, les consommateurs devront payer 0,1 ct. de plus pour l’assainissement des cours d’eau, une tâche négligée par les cantons ces dernières années. La hausse atteint 0,85 ct/KWh au total, ce qui entraînera une augmentation des coûts de quelque 500 millions de francs, soit une hausse de 6 % environ.

Le Parlement ne pourrait pas envoyer des signaux plus contradictoires. Il y a un an environ, il avait reproché au Conseil fédéral de ne pas agir suffisamment pour lutter contre l’envolée des prix de l’électricité. Et voilà que les décisions prises aujourd’hui annulent d’un coup la baisse de prix de 6 à 7% que le gouvernement avait décidée. Cette évolution pose des problèmes à l’économie. En effet, cette hausse profitera à des branches axées sur le marché intérieur et à l’agriculture, alors que les entreprises industrielles supporteront une grande partie des coûts supplémentaires. Dans le contexte conjoncturel actuel, de telles décisions sont hautement discutables.

Source: http://www.economiesuisse.ch/